Accueil

Histoire savante, objet sérieux de science. Elle est faite par des historiens de métier. Ces chercheurs maîtrisent le sujet. Leur légitimité n’en est pas moins la cible de critiques formulées par des archéologues, anthropologues, philosophes, intellectuels médiatiques, personnages politiques …etc.

Histoire populaire, bien commun de tous les hommes. En première ligne, les professeurs d’école, collèges, lycées, enseignent avec dévouement le patrimoine immatériel de cette Histoire ( … de France, du Monde) pour former les jeunes consciences. Dans la sphère économique, s’en emparent avec plus ou moins de rigueur ou de créativité des romanciers, metteurs en scène, auteurs de théâtre, de bande dessinée. Dérive inévitable, l’évocation plaisante du passé produit au cinéma ou sur écrans domestiques une industrie de masse offrant mythologies grotesques, biopics approximatifs.

Roman historique, Cité Céleste, est l’objet de ce blog destiné à un public qui aime le romanesque et les savoirs d’histoire. L’occident médiéval qui sert de trame au récit propose dix siècles de perspective sur ce « pays éloigné ». Depuis notre modernité, son coup d’œil arrière veut chasser le pittoresque anachronique dans une démarche scrupuleuse. L’aventure ravive alors un passé plein d’humanité, quoique dangereux, violent, cruel.

L’auteur est un avocat lyonnais en exercice qui emprunte le pseudonyme de Gilles GODLOVITZ pour rendre hommage aux tribulations européennes d’ancêtres maternels.

Cliquez sur l’image pour un aperçu du livre,
puis tournez les pages avec la flèche rouge

cliquez sur l'image


En librairie chez Decitre, Mollat, Kleber, Ombre Blanche, FNAC …etc.
ISBN 9782322257393
378 pages
Éditeur : Books on Demand
11,99 €

En ebook chez FNAC, Kobo, Cultura, Kindle …
ISBN 9782322196982
3,99 €

DESCRIPTION

À la fin du XIe siècle, l’arrivée aventureuse autant que mythique au royaume de Bourgogne des reliques de Saint Antoine l’Égyptien, ermite qui vécu quatre siècles plus tôt, sert de trame à ce roman. L’incroyable postérité des os de ce grand anachorète sera le premier ordre monastique hospitalier, celui des Antonins, voué à soigner et soulager les souffrances. L’œuvre finira pourtant par sombrer dans l’oubli, notamment après que Louis XIV ait laïcisé la mission des hôpitaux.
En contrepoint, le récit esquisse un suspense initiatique en suivant le destin d’un homme à l’enfance sans amour, peinant à s’en affranchir adulte.
L’auteur a voulu faire coïncider l’intrigue avec des faits soigneusement attestés par les sources littéraires médiévales. Ainsi les personnages, papes, comtes, chevaliers, prélats, nones ou riches bourgeois, ont effectivement coexisté aux dates et lieux cités. La part d’imaginaire ajoutée à l’Histoire permet d’évoquer un Moyen Âge central vivant, sans invraisemblances patentes, y compris anthropologiques.
Cette réécriture d’une légende du Dauphiné vise à distraire le lecteur tout autant qu’à rendre compte de comportements culturels qui ne sont plus ceux d’aujourd’hui, comme les rapports entre femmes et hommes, vassaux et seigneur, laïcs et clercs, justice et morale, pour mieux souligner les continuités ontologiques qui font l’humanité universelle, notamment la bienveillance, la perversion narcissique, la duplicité, le doute existentiel, l’errance vers un lieu sûr, la force du destin.

Pour les plus curieux d’exactitude, de nombreuses notes du livre précisent mots, situations ou concepts du XIe siècle.
Le menu en haut de ce blog donne accès à une sélection d’entre elles. Elles sont souvent illustrées. Des explications peuvent apparaître si la souris survole ces images.
Leur présentation, ici séparée du fil narratif qui les motive, est thématique pour plus de cohérence. À leur suite, l’internaute peut consigner ses commentaires.
Enfin, une page « Ressources documentaires » sous le lien « Accueil » renvoie vers quelques sources historiques empruntées par l’auteur.